Dans un précédent billet, je présentais le volant 599XX en Alcantara de Thrustmaster pour mon T300. Depuis plusieurs années, je partage mes heures de simulation entre Assetto Corsa et la franchise Formula One de Codemasters. D’ailleurs, F1 2017 est excellent. Malgré des défauts, on retrouve les sensations d’un F1 2012 que je trouvais à l’époque au top. Fan de simulation F1, j’ai donc acquis un volant supplémentaire, le F1 Wheel, réplique du volant de Fernando Alonso et Felipe Massa sur leurs F150 de 2011.

Une fois sorti de carton, ça en jette. On se retrouve devant un produit relativement beau et on commence déjà à sentir les palpitations des courses à venir. Il faut l’avoué, le volant fait déjà ancien par rapport aux volants modernes avec l’afficheur LCD qui occupe le tiers du volant mais la forme est là, les boutons également.

Puisqu’il s’agit d’une réplique, on retrouve donc une reproduction plus ou moins fidèle des élément du volant de F1. Une fois de plus, partenariat Ferrari en poche, le cheval cabré en plein milieu. Là, on sait où on est.

Les volants sont très colorés, pour éviter que le pilote ne cherche trop longtemps la position de chaque bouton. On remarque de grandes poignées, nous reviendrons dessus par la suite. La barre de LED qui indique le régime moteur a été remplacée par le logo de la marque. C’est dommage, c’est vraiment ce qui manque le plus par rapport à la vrai voiture et franchement, une rangée de LED, ça coute trois fois rien à fabriquer, surtout quand on connaît le prix de vente de la bête…

Le volant bénéfie du même système de fixation que les autres de la marque, via une bague rotative autour de l’axe de rotation du volant. On peut changer de volant à tout moment, le driver prend immédiatement en compte la modification et ajoute le nombre de boutons correspondant au volant en place. Attention, je conseille à nouveau de débrancher l’équipement avant de changer le volant.

On va rentrer directement dans ce qui fait mal sur ce volant : toute la partie centrale est fictive. Les six boutons rotatifs au centre sont des faux, collés au plastron du volant. C’est peut-être bête, mais même inutiles, ça aurait fait beaucoup moins cheap s’ils étaient mobiles. Oui juste pour le touché quoi. Je comprends que l’on ne puisse pas avoir une infinité de boutons interfacés en USB 2.0 mais bon, pas des boutons collés s’il vous plait.

La deuxième déception, je l’ai déjà dit, le manque de la rangée de LED pour mettre en évidence le régime moteur. Maintenant c’est dommage mais ça fait quand même beaucoup plus propre que les faux boutons…

On reste encore un peu sur la finition. Oui je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression que ce n’était pas une priorité dans le cahier des charges la finition. Regardez de plus prêt les boutons rotatifs : les trouvez-vous beaux ? Heureusement, il y a aussi de vrais boutons sur le volant, jusqu’au 27 fonctions au total je crois. Et bien même l’impression des étiquettes n’est pas terrible. Le rouge est décalé sur le bouton « PUMP » par rapport au noir. Franchement Thrustmaster, caler une presse d’impression (sans doute Offset vue la qualité), c’est pas trop compliqué et ça ne coûte pas plus cher.

Voilà, encore une photo de près des boutons. Maintenant j’arrête, on a bien vu.

Point de vue prise en main, c’est vraiment très confortable. Les dimensions sont très bonnes, je suis à l’aise avec ce volant. Comme pour le 599XX, on oublie vite les défauts lorsqu’on le part pour des runs de 56 tours sur Monza. On n’a pas vraiment le temps de regarder le centre du volant. Le repose pouce est idéalement placé sur ce volant.

Concernant maintenant les palettes derrière le volant, elles ont des dimensions parfaites. Ca tombe bien sous les doigts. il faut préciser ici que l’on a à faire à des palettes Push/Pull qui agissent dans les deux sens, comme une vrai F1. C’est très pratique pour piloter un bras sur le volant, l’autre par la fenêtre (je déconne). Non franchement, autant je trouvais les palettes du volant 599XX mal placées, autant ici c’est impeccable.

En terme de matériau, il s’agit de palette en aluminium assez épaisse, c’est très qualitatif. Par contre, le ressort qui fait clic clic dessous, on pouvait s’en passer, tout du moins les masquer dans le corps du volant.

Parmi les boutons fonctionnels, on retrouve les trois poussoirs haut/Bas (BO / START / WET). Je trouve ces boutons très pratique, ils permettent de paramétrer un réglage (carburant moteur par exemple) que l’on change de temps en temps de preset en preset : Pauvre > Normal > Riche > MAX. Pareil pour le mode de MGU-K par exemple sur Assetto Corsa pour ceux qui n’aime pas F1 2017.

Le volant dispose aussi de deux boutons rotatifs. Je pense que ce sont pour moi les meilleurs. Dessus, je configure l’équilibrage des freins et le blocage du différentiel. Un petit coup de molette et on adapte très rapidement le réglage voulu, plus finement qu’avec les boutons précédemment illustrés.

Parlons rapidement du grip des poignées. Il est très bon mais avec un gros défaut : ça poisse un peu. Enfin c’est mon avis, je n’ai jamais été très fan de ce genre de plastique. Ça a l’avantage d’être très rugueux et les mains ne glisseront pas même après plusieurs heures de conduire sans gants.

C’est un super compromis qui a été trouvé ici, c’est top avec une paire de gants.

 

Pour finir, la position des boutons : Je suis rassuré, ils sont accessibles (enfin les vrais… ahahah). Contrairement au 599XX où j’avais l’impression d’avoir les mains trop petites, sur ce modèle, c’est largement bon. Tout est fait pour ne pas avoir à quitter le volant. L’esprit F1 en quelque sorte.

J’avais quelques doutes sur les deux boutons les plus haut, mais non, tout va bien. Encore une fois, les distances sont maîtrisées sur ce volant. Youpi.

Mon avis sur ce volant : c’est un très bon volant. Je ne regrette pas non plus l’achat de cette roue. Le plus dommage n’est même pas le nombre important de boutons factices, mais le fait qu’ils soient vraiment moche. Franchement à 150 euros ? Bien sur l’esprit F1, c’est ce que je cherchais et j’ai trouvé. On est déjà dans la voiture lorsque l’on pose les mains sur le volant.

Les points forts :

  • Forme et ADN des volants de F1
  • Beaucoup de boutons (27 au total)
  • Les boutons rotatifs (régalge équilibre frein / différentiel)
  • La compatibilité avec tous les produits T de la marque
  • Le support PC/PS3/PS4
  • La qualité des palettes et la fonction Push/Pull

Les points faibles :

  • Les boutons factices sur le centre de l’appareil
  • L’absence des LED sur le dessus (compte tour F1)
  • Le grip des poignées un peu collant sans gant

Comment acheter ce produit :

A ma connaissance, il n’existe pas de pack avec cette roue. Elle n’est disponible que seule, à environ 150€ sur Amazon.

Une note pour ce produit : 7/10